Ludochaordic
Fantaisies programatico-ludiques

Double brigade

Pour notre partie hebdomadaire, nous avons cette fois testé 2 courts jeux de rôles: Monster Chef de Bruno Bord et Havoc Brigade de Grant Howitt.

Couverture du JdR "Havoc Brigade"

Monster Chef

Ce premier jeu a été créé par Bruno Bord en juillet 2013. Le jeu est disponible en ligne, il est également possible de récupérer la version PDF et les sources du jeu sur GitHub.

Je crois pouvoir affirmer qu'il reste un prototype inachevé (la section sur l'équipement par exemple est bien vide et comporte un joli "TODO"), mais l'idée de base du jeu m'avait suffisamment plu pour vouloir tenter l'aventure :

Les personnages incarnent la brigade d'une cuisine "Monstresques", c'est à dire servant uniquement des Monstres ou des Aliens ou des Créatures Étranges. Saurez-vous satisfaire l'appétit d'un Ogre qui aurait commandé un tartare de Licorne sauce verte, ou un Globurlien affamé qui attend ses larves de Ver Galactique au chocolat ?

J'avais déjà évoqué le jeu dans un article précédent, et je suis bien content d'avoir pu enfin le playtester !

Le concept a bien séduit tous les joueurs autour de la table. Nous avons rapidement décidé de jouer dans le restaurant d'un château hanté (...qui flottait dans l'espace...). Puis les joueurs ont créé leurs personnages.

Dans Monster Chef, chaque PJ a 5 compétences, toutes spécifiques à la cuisine: préparer, cuire, touiller, assaisonner et dresser. Comme au cours de la partie les PJs ont tenté des actions qui n'avaient rien à voir avec la gastronomie, il était très rigolo de déterminer quelle compétence se rapprochait suffisamment qu'ils effectuent leurs jets de dés avec... D'ailleurs, en pratique, "préparer" a été la plus utilisée !

Comme le jeu ne comporte pas beaucoup d'éléments pour donner corps aux PJs (pas d'objectif / trait particulier / rôle spécifique en cuisine / équipement / etc.), j'ai fait quelques tours de tables en posant à chaque joueur une question différente pour définir un peu le cadre :

  • qu'y a-t-il autour du restaurant ?
  • de quelle manière en es-tu venu à travailler dans ce restaurant ?
  • quelle est ta pièce préférée dans le château ?
  • quel est le client régulier que tu aimes le moins ?
  • pour quelle raison aimes-tu travailler ici ?
  • mais au fait, qui est le patron du restaurant ?

Une fois la partie démarrée, la structure du jeu impose aux PJs des allers-retours dans la terrible Réserve, et de composer des plats à toute vitesse pour suivre le rythme des commandes ininterrompues des clients.

La Réserve est une super idée, qui permet de forcer un PJ à s'éloigner de la cuisine, et à lui faire rencontrer toute sorte de créatures et défis. Peut-être d'ailleurs qu'une table de génération d'événements s'y produisant pourrait être utile dans le jeu, pour donner du grain à moudre au MJ.

Pour l'anecdote, après qu'un des clients du restaurant ait commandé exactement le même plat que les PJs venaient de réaliser, l'un d'eux a eu la prévoyance de remonter une plus grande quantité d'ingrédients que nécessaire la fois suivante qu'il descendit dans la Réserve !

Dans l'ensemble, le gros point négatif du jeu est son système trop punitif. Non seulement il se focalise uniquement sur les échecs, ce qui a beau être comique peut finir par fatiguer les joueurs qui ont l'impression de cumuler les problèmes, mais en plus il n'est pas assez équilibré. De base, avec ses 5 compétences, un joueur a comme chances de réussites: 50%, 25%, 12.5%, 6.75% et 3.875%. Et c'est sans compter les malus qui s'accumulent très vites, avec le nombre de clients qui augmente et les Désagréments qui s'accumulent !

Durant notre partie, pour faciliter un peu la tâche aux PJs, j'avais décidé que les Jokers permettaient d'ignorer tous les dés d'échec. Et même avec cette variante c'est resté laborieux pour eux, et j'ai parfois préféré leur donner des complications pour réaliser leurs actions, que des Désagréments punitifs.

De même, en cuisine, je n'ai pas demandé aux PJs 5 jets pour chaque plat composé. J'ai préféré les mettre au défi de trouver des solutions de secours quand leurs recettes tournaient au vinaigre, mais ne pas leur demander de lancer les dés systématiquement.

Par contre j'ai bien aimé qu'on puisse y jouer avec n'importe quels dés, quel que soit leur nombre de faces ! Sans changer la mécanique de jeu et dans un but de simplification, nous avons considéré que les résultats pairs étaient des succès, et les dés impairs des échecs.

Couverture du tome 1 de Gloutons & Dragons
Je vous recommande au passage ce très bon manga, et inspi idéale pour Monster Chef : Gloutons & Dragons de Ryoko Kui

Dans l'ensemble, il m'a fallu beaucoup improviser tout au long de la partie: inventer des clients, des plats tarabiscotés, des surprises dans la Réserve, et toujours plus de Désagréments... Il pourrait être bien utile que le jeu propose des tables aléatoires pour aider le MJ, et même introduire des éléments d'histoire :

  • un client retourne un plat en cuisine
  • un client demande à rencontrer le chef: satisfait ou pas satisfait ?
  • un appareil de cuisine rend l'âme
  • un client demande un plat à base de viande... de l'espèce d'un des PJs !
  • un habitant de la réserve ne consent à leur donner un ingrédient que si les PJs lui ramènent un autre objet
  • une des serveuses en pince pour un des PJs et l'aider volontiers contre un petit baiser...
  • un des plats tourne mal : il caille, des grumeaux se forment...
  • un client veut un plat de son enfance, dont il décrit les saveurs mais ne connaît pas les ingrédients... aux PJs de le reconstituer !
  • en deuxième partie de soirée, le restaurant se transforme en club et les PJs doivent maintenant servir des cocktails !

Une autre proposition pour aider les joueurs, et aussi être un poil réalistes établir qu'en début de service les PJs ont déjà tous les ingrédients nécessaires à leurs plats en cuisine, et qu'ils ne doivent descendre à la Réserve que pour en chercher lorsqu'il en vient à manquer, ou qu'un client réclame un ingrédient spécial.

Enfin, comme le jeu repose sur une certaine tension vis-à-vis du temps qui passe, une petite suggestion de ma part serait d'introduire plusieurs sabliers, un par commande, pour imposer aux PJs de devoir réaliser une recette rapidement. A expérimenter 😉

Au final, nous avons conclu la partie après un peu plus de 2h de jeu, et 3 clients servis !

Havoc Brigade

Deuxième jeu de la soirée, nous avons cette fois testé un JdR de Grant Howitt publié en 2014, dont le PDF de 25 pages en anglais est disponible à prix libre sur itch.io.

Voici le pitch du jeu traduit :

Brigade Massacre est un jeu de rôle conçu pour raconter une histoire en particulier : celles d'orcs "infiltrant" la ville humaine de Freiberg, pour kidnapper le répugnant Prince Holstein. C'est un jeu "one-shot" léger; ce n'est pas une histoire profonde de tourments émotionnels et d'introspection torturée. C'est une histoire d'explosions, de grosses bagarres, de vols de trucs provoquant des problèmes, et par-dessus tout, de plans vraiment stupides.

Notez l'usage des guillemets autour d'infiltrer 😁

Le jeu donne le choix aux joueurs parmi 6 personnages pré-tirés, que j'ai trouvé très bien écrits et conçus.

Mes joueurs ont pris un malin plaisir à incarner des orcs "bas du front", dans un spectre allant de la grosse brute ne vivant que pour le combat, au demi-orc seul capable de parler la langue des humains, en passant par le vieux shaman qui n'a jamais vu d'humain et ne cesse de répéter "de mon temps"...

L'univers est tout de suite familier : on retrouve les code de la fantasy classique, où l'on peut croiser des elfes, des nains, des gnomes et des magiciens.

Une carte de la ville de Freiberg est également fournie, comportant en son centre le palais princier dans lequel les PJs doivent s'infiltrer. Mes joueurs ont trouvé que c'était un gros "plus" pour se plonger dans l'ambiance du jeu.

Tout cela donne un scénario à la fois très cadré (objectif clair, 48 heures pour le réaliser), et très libre, les PJs ayant toute liberté pour accomplir la mission qui leur a été confiée par le seigneur de guerre orc Fracass'Crânes.

Le système de jeu est une petite perle qui vous demandera plus d'une vingtaine de dés à 6 faces. Simple et efficace, il encourage les joueurs à s'entraider, et surtout à ramasser tout le matériel qu'ils peuvent en chemin car leur équipement s'abîme petit à petit ! Tout en leur donnant la possibilité, une fois pas partie, de tout saccager autour d'eux et créer un gros boxon. 👺⚔️👹

En pratique, la mécanique du pool de dés de Suspicion fonctionne très bien, et pousse les joueurs à temporiser un peu pour limiter la pagaille.

La seule chose qui m'a paru un peu superflue, c'est le score de Morale des groupes de PNJs, qui n'est jamais beaucoup descendu durant la partie. Là où les caractéristiques de PNJs fournies à la fin du PDF sont bien utiles et m'ont donné plein d'idées, gérer ces PNJs systématiquement "en groupe" n'est pas ce que je trouve le plus pratique, mais c'est probablement plus une question de préférence personnelle de MJ.

Au terme de ces 3h de partie survoltées, je recommande donc chaudement ce jeu pour une petite partie de baston décomplexée. Comme indiqué dans les règles, il est idéal pour joueur en convention, ou avec des débutants.

Illustration d'un personnage du jeu, le "Sergeant" Shivvit Deadeye