Ludochaordic
Fantaisies programatico-ludiques

Braquage en Plein Jour

Couverture du jeu en version originale

Mercredi j'ai eu l'occasion de tester ce très chouette jeu de rôle PbTA (Powered by The Apocalypse) avec 3 joueurs.

Le jeu traduit en français par Gulix est disponible gratuitement sur DriveThruRPG, et j'ai trouvé la version originale Daylight Robbery d'Edwin Moriarty dans ce post Reddit, dont je trouve la maquette et les illustrations quand même vachement plus réussies.

Le jeu vous plonge directement dans l'action, alors qu'un petit groupe de braqueurs - que vous incarnez - s'apprête à réaliser le coup du siècle.

Dans notre scénario le lieu du casse était une base militaire où avait lieu une réception mondaine, isolée sur une presqu'île, et l'objectif était une disquette de données confidentielles. L'équipe était constituée de Gerrart, le Professionnel, Meena, le Sourire, et Mr. Green, le Cerveau.

La partie a durée environ 4 heures, avec en accompagnement musical pour faire monter la pression l'excellent album Chaos Theory d'Amon Tobin.

Les joueurs étaient particulièrement inspirés, et ont amenés de très belles scènes ! Des opérations séduction sur des gardes qui se déroulent comme sur des roulettes, des fusillades à travers la fumée de grenades fumigènes, des traversées de couloir sous le feu nourri d'un sniper...

Alors qu'on leur demandait le code d'accès du jour, un des joueurs me dit qu'il regarde derrière le badge qu'il vient de subtiliser, espérant que ce code soit inscrit au dos... Je lui dit que c'est peu probable et qu'il a une chance sur 1d6. Il choisit ⚃ et lance le dé... et c'est une réussite !

Un peu plus tard, le joueur ayant récupéré le butin du casse, une disquette, se retrouve agrippé à la portière ouverte d'une jeep conduite par un autre PJ, qui le braque de son flingue ! Plutôt que de lui livrer la disquette sous la menace, il préfère lâcher la portière, fait un roulé-boulé puis décide de changer de stratégie de fuite : il sprinte vers un hélicoptère en vol stationnaire à proximité, prend appui sur un véhicule renversé et saute dessus !

La couverture de la BD XII - El Cascador

En-dehors des mécaniques PbTA bien huilées, parmi les petites mécaniques de jeu originales que comporte les règles, j'ai beaucoup aimé :

  • le choix des entrées subtiles / remarquées
  • les zones d'actions emboîtées comme des poupées russes
  • le scénario en total impro mais en 3 grands temps forts, associés à des horloges mesurant la Tension qui monte

Les joueurs, dans l'ensemble plutôt novices de ce type de système, se sont sentis un peu perdu par la quantité d'actions à disposition. Pour ma part, je n'ai eu que quelques très légers points de frustration : quelques points de règle un peu obscurs (le « +1/-1 à suivre » est un peu cryptique), peut-être un ou deux bonus +1 permanent au choix dans les caracs entre chaque temps fort, et la nécessité de tricher un peu avec le remplissage des horloges de Tension pour qu'elles suivent le rythme de la partie et la progression des PJs dans les zones d'actions.

À la réflexion, même si le jeu incite au gunfight et qu'en choisissant une base militaire comme terrain de jeu il ne fallait pas s'attendre à beaucoup de subtilité, je regrette un peu d'avoir fait basculer la partie en fusillade générale si vite. Quelques phases de social engineering à la réception mondaine ou d'infiltration à la Splinter Cell auraient pu être bienvenues.

Même si l'avantage de ce type de jeu est d'avoir besoin de zéro préparation en amont, si un jour je refais une partie j'essaierai de prendre 20min au préalable pour définir pour chaque zone d'action quelques lieux / pièces notables, au moins 1 PNJ notable et des obstacles / sous-objectifs connus des PJs, à leur exposer progressivement, pour qu'ils se creusent un peu les méninges à s'introduire de zone en zone.

En tout cas dans l'ensemble je recommande chaudement le jeu pour une soirée inspirée de Braquage à l'italienne, Inside Man ou encore Reservoir Dogs !

Illustration tirée du jeu en version originale